La transition énergétique, l’un des axes principaux de la transition écologique, est un concept de plus en plus sérieux et davantage mis en avant par les médias, politiques mais aussi par les entreprises. Il s’agit d’un enjeu important auquel les industries doivent et devront faire face à l’avenir.

Trouver des alternatives écologiques

La transition énergétique s’est beaucoup popularisée au cours des dernières décennies et se propose en une modification structurelle profonde des modes de consommation et de production d’énergie pour répondre à un certain nombre de dérèglements : pollution, réchauffement climatique, extinction prématurée d’espèces, …

La recherche de nouveaux modes de production tend de plus en plus à se pencher sur des ressources renouvelables : éolien, solaire et hydraulique, principalement.

Le nucléaire est débattu. Si certains considèrent que le nucléaire est l’une des sources de production d’énergie la plus écologique au moment de sa production, il ne s’agit pas non plus d’un mode de production très apprécié : l’entretien des réacteurs et des infrastructures est lourd, et les conséquences désastreuses pour la santé et l’environnement en cas d’accident. De plus, la transition énergétique doit prendre en compte le ratio production/consommation. En effet, fermer toutes les centrales nucléaires d’un pays ne serait pas une bonne idée si aucun mode de production aussi performant n’est trouvé dans le même temps.

La transition énergétique s’inscrit donc dans le cadre de la transition écologique et il est de ce fait logique et nécessaire que les nouveaux modes de production d’énergie soient respectueux de l’environnement et des différents écosystèmes. La France propose ainsi plusieurs scénarios d’ici dix à trente ans, et tente de définir une priorité de plus en plus importante concernant ces questions.

L’effacement électrique dans certains cas

L’effacement électrique est un processus qui permet aux entreprises équipées de postes consommateurs d’énergie importants de limiter momentanément leur consommation en cas de besoin. Plusieurs causes peuvent justifier ce besoin d’effacement : un pic de la demande de consommation pour une courte durée, une crise électrique majeure en raison d’un accident sur un lieu de production, un besoin d’approvisionnement d’électricité dans le pays, ….

L’effacement électrique permet de maintenir un bon équilibre sur le réseau, entre ce qui est produit et ce qui est consommé dans un pays, et se propose comme un processus participant de la transition énergétique.

Certaines industries françaises grosses consommatrices d’énergie, notamment dans le domaine de l’agroalimentaire, afin de réaliser des effacements de consommation électrique, ont signé des contrats d’effacement électrique avec des opérateurs d’effacement. Les industries sont fortement concernées puisque leur consommation d’électricité représente une grosse partie de la production d’électricité. Il est important de mentionner que ce procédé apporte de la flexibilité au réseau, et s’avère aussi intéressant pour les industries qui peuvent bénéficier d’une rémunération fixe et variable chaque année pour leur geste.

L’engagement des industries sur le plan politique et médiatique

Agir pour la transition énergétique se fait également sur le plan politique et médiatique. Le pouvoir des grosses industries n’est pas à prendre à la légère et certaines industries de renommée nationale ou internationale sont soucieuses de la transition énergétique, et agissent à leur niveau pour préparer au mieux la transition qui s’annonce cruciale.

Certains historiens, économistes ou encore politiciens, estiment même qu’une quatrième révolution industrielle est déjà amorcée et que la transition énergétique est un enjeu important du bon déroulement de cette révolution. On parle même d’industrie 4.0 !