Lorsque l’on manage une équipe, on cherche souvent à ce que chacun donne le meilleur de lui-même. Or, une équipe, ce n’est pas une série d’individus détachés les uns des autres, mais au contraire, les interactions qu’ils génèrent seront la source de la qualité de leur travail ! C’est ce qu’on appelle l’intelligence collective : comment un groupe réussira à faire converger son savoir et son intelligence pour atteindre un même objectif. 

Intégrer le concept d’intelligence collective à sa méthode de management : les avantages

L’avantage majeur de l’intelligence collective est la création de valeur ajoutée : la synergie entre les différents membres de l’équipe génèrera des innovations supérieures à la somme d’innovation qui aurait pu être créée par chacun, séparément. 

Parce que l’un verra la faille dans le raisonnement de l’autre, parce qu’une personne de l’équipe trouvera la solution au problème de son collaborateur, le résultat du travail en commun sera plus qualitatif qu’il ne l’aurait été s’il avait été effectué par une personne seule.

L’autre avantage non négligeable d’un management inspiré par l’intelligence collective réside dans l’adhésion à un projet commun par le groupe. La perte de sens, le sentiment de ne pas voir ce que la tache individuelle peut apporter aux autres est un facteur majeur de démotivation et de perte de productivité. 

A l’inverse, le sentiment d’appartenir à un groupe et de travailler pour un but partagé est une source de motivation importante. 

Comment intégrer le concept d’intelligence collective dans sa méthode de management ?

L’intelligence collective consiste à utiliser les compétences des individus non pas comme des ilots autonomes capables d’effectuer une tâche précise mais d’utiliser les interactions entre eux comme source de productivité. 

Il s’agit donc d’articuler les compétences et capacités de chacun entre elles pour accomplir un objectif commun. La première chose à faire pour générer de l’intelligence collective est donc d’exprimer un but commun qui soit clair et auquel chacun puisse adhérer. 

Chaque personne doit pouvoir comprendre en quoi son rôle et ses compétences s’intègrent dans cet objectif.

Le deuxième aspect qui doit être mis en place pour favoriser l’émergence de l’intelligence collective concerne les règles de communication. La conversation, le débat, la critique formulée de manière positive permettront de faire germer des idées et des solutions sans porter préjudice à l’ambiance globale de travail.

A l’évidence, une personne qui se sentira mal écoutée ou humiliée lorsqu’elle prend la parole ne risque pas de recommencer. 

Ainsi, on favorisera une organisation du travail qui permet la communication facile – disponibilité d’une salle de réunion, moments d’échanges réguliers, chat interne – et un climat de confiance général. Les compétences douces telles que l’empathie et la bienveillance devront être valorisées et reconnues régulièrement. 

Management et intelligence collective : trouver un équilibre

Favoriser les moments d’échanges, écouter toutes les personnes qui composent l’équipe et les laisser interagir… Comment ne pas tomber dans la réunionite et les échanges interminables ?

En effet, il faut aussi savoir trancher, car toute solution suggérée aura des conséquences, ce qui peut donner lieu à des conversations sans fin, qui pourront à terme démotiver une équipe. Il est donc important prendre des décisions – mais il faudra les réintégrer aux raisonnements qui auront été tenus par l’équipe. 

Ces décisions doivent s’appuyer sur la réflexion collective pour que l’équipe y adhère. Une décision peut s’appuyer sur des contraintes explicites, budgétaires par exemple, pour être acceptée par l’équipe. 

L’article de Julien fournit la définition de l’intelligence collective, mais aussi toutes les indications nécessaires pour mettre en place une telle méthode de management ainsi que les outils qui permettront de la rendre efficiente.